Astuces pour ne pas stresser en voyage

Astuces pour ne pas stresser en voyage

Des entrepreneurs de milieux différents donnent leurs recettes pour prendre calmement les annulations et les retards ainsi que pour mettre son temps à profit.

Que font ces entrepreneurs en attendant leur vol?

Une responsable des affaires corporatives de PepsiCo Cône Sud est basée au Chili et voyage 15 fois par an. Elle a à sa disposition des plateformes de travail collaboratives et à distance. Quand il y a des changements d’horaires ou des attentes dues à des retards, elle dédie son temps à l’avancement sur des affaires en cours. De cette manière, quand elle descend de l’avion et qu’elle rentre à la maison, elle peut passer 100% de son temps avec sa famille.

La directrice de la Transformation de Practia fait plus de 200 000 km en avion par an. Elle est fidèle à une compagnie aérienne pour entrer dans la catégorie de voyageur fréquent et minimiser les temps. Elle a ainsi accès aux check-in VIP ou évite la queue aux contrôles de police. Dans la plupart des cas, elle fait tout en moins de 15 minutes.

Elle préfère ne pas travailler quand elle attend mais elle fait des exceptions. Elle a dû se rendre au Mexique pour une seule journée. Le grand problème c’est les bouchons et le temps qu’il faut investir pour faire l’aller retour. En coordination avec la banque, elle a fait tout ce qu’elle devait faire sans sortir de l’aéroport. Avec des succursales bancaires et des bureaux virtuels, c’est un modèle d’opérations très intéressant.

Le PDG de Philips Cône Sud voyage en moyenne deux fois par mois. Les escales en Amérique Latine peuvent être longues dû à la faible disponibilité des vols. Elles impliquent une perte de temps, plus de fatigue et, parfois, la mauvaise humeur. Il est bon de pouvoir compter sur l’accès aux salons VIP, où on est plus confortable.

Bien évidemment, tout dépend de l’endroit où on va devoir attendre. Le PDG de Omega Car Rental explique que l’on ne peut profiter que de ce qu’offre le terminal dans lequel on attend. Ce n’est pas pareil d’être à l’aéroport de Dubai qui est énorme et offre des milliers d’options qu’à celui de la Havane qui a de mauvaises installations, propose peu d’activités et où la climatisation est défectueuse.

attente aeroport noir et blanc

Meilleur aéroport du monde pour les attentes

Tous les ans, le portail de transport aérien Skytrax décerne les World Airport Awards, une sorte d’Oscar des meilleurs aéroports du monde. Les prix sont accordés en fonction d’enquêtes utilisateurs auxquelles participent 14 millions de passagers de 105 pays. La dernière édition a vu un top 10 de terminaux d’aéroports asiatiques et orientaux, les aéroports européens étant en milieu de classement et les aéroports américains absents.

Pour la cinquième année consécutive, l’aéroport Changi de Singapour a été couronné meilleur aéroport du monde. A 20 km de la capitale, il voit 1000 décollages et atterrissages par jour, de plus de 100 compagnie aériennes qui connectent 380 villes dans 90 pays. Ses propriétaires se targuent de la performance qui est due à la Changi Experience, une philosophie qui essaie de faciliter au maximum la mobilité et arriver à ce que les passagers profitent de leur temps d’attente. Pour cela, il y a même un jardin avec des fleurs et des papillons, une laverie et des postes de massage. Un de ses services les plus reconnus est le city tour de Singapour, pour les voyageurs qui ont de longues correspondances.

 

En profiter pour découvrir

La pensée de rester coincé dans un aéroport rend l’idée de s’échapper très tentante. Dans les attentes de plus de 3 heures, certains prennent le risque de faire un tour en ville. On peut également trouver un espace de massages ou un coin-lecture tranquille dans certains aéroports.

Beaucoup d’aéroports, comme Barajas à Madrid, offrent des consignes où on peut laisser des bagages et un transport rapide aux attractions à proximité. Le gérant des ventes Air France – KLM Argentine, Bolivie, Paraguay et Uruguay donne quelques pistes : à Amsterdam, si la correspondance dure 3 ou 4 heures, on a le temps de faire un tour sur le canal parce qu’il y a un train qui part toutes les 15 minutes vers le centre historique. A Paris, ça vaut la peine si on a 5 heures. Si on a moins de temps, depuis Charles de Gaulle, il y a un bus gratuit qui emmène au centre commercial Aéroville.

attente aeroport seul

Penser aux escales

Bien programmer son voyage est la clé pour optimiser le temps. Passer par des “hubs” comme Panama, Kuala Lumpur, Fiumiccino ou Francfort garantit des correspondances rapides. Le directeur général de TTS Viajes explique que la correspondance est le point sur lequel il se concentre le plus dans un voyage. Le temps de chacun a beaucoup de valeur et il préfère payer un peu plus pour ne pas le perdre dans un aéroport. Il faut prendre en compte qu’une mauvaise correspondance peut faire arriver trop tôt ou trop tard à destination, ce qui peut créer d’autres problèmes de sécurité ou le fait d’être dans un endroit inconnu de nuit.

Le directeur de Costa Croisières, lui, préfère attendre un peu plutôt que courir et rater son vol en correspondance. Il y a une quantité inimaginable d’activités dans un terminal. A Hong-Kong, il y a un écran de cinéma IMAX de 13,8 mètres de haut. A Incheon, en Corée du Sud, on met à disposition des passagers une patinoire et un golf. A Munich il y a une piscine avec des vagues artificielles pour faire du surf et à San Pablo un centre d’odontologie.

 

Prendre ses précautions

Voyager très fréquemment implique des questions familiales, logistiques et même physiques qui peuvent provoquer un mal-être. 93% des entrepreneurs questionnés par Booking affirment être stressés à un moment du voyage. Les préparatifs et l’aéroport sont la plus grande source de préoccupations.

La meilleure recette est de prendre toutes les précautions nécessaires avant les vols et faire qu’elles se transforment en routine. L’enregistrement en ligne, amener le nécessaire pour ne pas mettre de bagage en soute et télécharger des applications permettant de suivre le statut du vol et éviter des attentes inutiles sont quelques conseils utiles.

Aujourd’hui, la technologie aide beaucoup, mais pour en profiter il faut savoir où se connecter. Le sous-directeur marketing de Nissan ne se décolle jamais de ses deux téléphones. Encore moins quand il doit attendre dans un aéroport : il répond à des mails, rappelle des personnes, nettoie ses messages et les charge. Pour ça, il voyage avec un câble de 2 mètres, très utile pour les salles d’attente. Une fois, il est descendu de l’avion parce qu’il avait oublié ses téléphones là bas..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *